Perche Nature - Perche et Vallée du Loir -
Association d’étude & de protection de la Nature dans le Perche & la Vallée du Loir

Circuit "vieux bocage" du Temple

Sur la commune du Temple (41170) existe un Espace Naturel Sensible dénommé "Vieux bocage du Perche". La particularité de ce site est bien entendu la forte densité de vieilles "trognes" (arbres typiques du milieu bocager dont la taille régulière leurs confère un aspect original) que l'on peut observer sur une partie du parcours.

Les dix tables de lecture disposées tout le long de l'itinéraire vous renseigneront sur l'histoire du bocage, les rôles d'une haie et ses modes de gestion, la biodiversité associée à ce type de milieu, etc.

Télécharger la fiche pratique du parcours.

Pour compléter ces panneaux d'informations vous trouverez ci-après davantage d'éléments : photos, explications.

 Liens vers les panneaux :

N°1 Présentation N°2 Les Espaces Naturels Sensibles N°3 Les Trognes N°4 Traces et Empreintes N°5 La Haie  N°6 Gestion de la Haie  N°7 Le Bocage N°8 Histoire du Bocage N°9 La Mare N°10 Le Château de la fredonnière

Lien pour télécharger l'application Guidigo. Télécharger l'appli Guidigo puis le parcours "Vieux bocage du Perche".

 - Panneau N°1 : Présentation

 panneau1

Le "circuit de trogne en trogne" fait le tour de l'Espace Naturel Sensible (ENS) "vieux bocage du Perche".

Parcours Le Temple

Long d'un peu moins de 6 km, vous apprécierez une randonnée à travers le bocage percheron bordé de trognes ancestrales.

- Panneau N°2 : Les Espaces Naturels Sensibles

panneau2

Un ENS, selon l'article L142-1 du code de l'urbanisme est défini comme il suit :

"Afin de préserver la qualité des sites, des paysages, des milieux naturels et des champs naturels d'expansion des crues et d'assurer la sauvegarde des habitats naturels selon les principes posés à l'article L. 110, le département est compétent pour élaborer et mettre en oeuvre une politique de protection, de gestion et d'ouverture au public des espaces naturels sensibles, boisés ou non.

La politique du département prévue à l'alinéa précédent doit être compatible avec les orientations des schémas de cohérence territoriale et des chartes intercommunales de développement et d'aménagement, lorsqu'ils existent, ou avec les directives territoriales d'aménagement mentionnées à l'article L.111-1-1 ou, en l'absence de directive territoriale d'aménagement, avec les lois d'aménagement et d'urbanisme prévues au même article."

panneau2bis

A quelques kilomètres d'ici, la carrière de la Mutte, à Sargé-sur-Braye, est également classée en ENS, mais cette fois-ci pour son caractère géologique.

 ph carriere mutte

Non loin, dans le village de Boursay où se situe la Maison Botanique, centre européen des trognes, un chemin constitué de trognes déplacées et installées en ce lieu est également classé ENS :

Le chemin des trognes de Boursay.

- Panneau N°3 : Les trognes

La particularité de cet espace naturel sensible est l'abondance de trognes (autrement appelés "arbres têtards"). Utilisées autrefois, dans les haies bordant les parcelles agricoles, pour le bois de chauffage. Elles servaient également de bornes pour délimiter les parcelles.

La pratique de la taille en trogne semble attestée dès le Néolithique (vers 3400 avant notre ère) outre-Manche.

Des racines à l'extémité de ses branches, la trogne accueille une foule d'espèces animales.

panneau3panneau3bis

Chaque trogne du circuit possède son petit nom, donnée par des habitants de la commune.

Pour en savoir plus sur les trognes : "L'arbre paysan aux milles usages", de Dominique Mansion aux éditions Ouest France.

Les trognes larbre paysan aux milles usages

- Panneau N°4 : Traces et empreintes

Quelques habitants du bocage et de la forêt :

Le sanglier laisse ses empreintes, se roule dans la boue dans des souilles pour se rafraichir et pour se débarrasser des parasites. Couvert de boue, il se nettoie en se frottant aux arbres laissant quelques poils sur les troncs. Fuyant l’homme, le sanglier est inoffensif mais attention de ne pas se retrouver entre les marcassins et la laie (femelle).

Visible la journée, perchée sur des piquets ou dans les arbres, la Chevêche d’Athéna est plus active la nuit où l’on entend son cri semblable à un miaulement. Elle chasse insectes et petits rongeurs. Cette habitante typique du bocage chasse rongeurs et petits insectes et régurgite des pelotes de réjection composées de poils et d’os ou d’autres éléments non assimilables.

La Martre quant à elle habite plutôt dans les forêts. Elle s’abrite dans un arbre creux, les anciens nids d’Écureuil, ou les nids de Pic noir. Elle se tient généralement à l’écart des habitations. Son domaine vital peut s'étendre jusqu'à 382 km2.

 panneau4

épreinte d'une martre ou fouine

Les traces du lièvre et du chevreuil sont également visibles en ce lieu. Observez les jeunes pousses sur les arbustes car le lièvre et le chevreuil peuvent tous deux se nourrir de bourgeons.

Cependant, la forme de la "coupe" dépend de l'animal :

Branche chevreuilbranche livre

Chevreuil                                 Lièvre

Le lièvre coupe les branches en biseau net avec ses incisives tranchantes.

Le chevreuil arrache la branche et laisse une petite lamelle correspondant à l'écartement entre ses incisives.

Et au niveau des plantes ?

De nombreuses zones humides ont été drainées pour permettre de cultiver les céréales. Ces zones étaient autrefois uniquement valorisables, au niveau agricole, par l'élevage.

Témoins du caractère humide du site, vous apercevrez dans les bois et le long des haies des fougères : le polypode, la langue de cerf et la fougère mâle. Identifiez les avec le guide ici.

 Langue de cerf2 TB

La langue de cerf ( Asplenium scolopendrium )

- Panneau N°5 : La Haie

Il existe différents types de haie :  La haie sur talus par exemple, la haie plessée, la haie fruitière, la haie basse, la haie haute-tige... Autant de modelage et d'utilisations possibles de la haie selon les besoins de l'Homme.

Les haies de notre bocage percheron sont souvent constituées de chênes, pommiers et poiriers sauvages, de charmes, sorbiers, aubépines, prunelliers, etc.

On considère que les haies comportant du houx sont d'origines forestière (linéaires conservés suite à un déboisement).

panneau5

- Panneau N°6 : Gestion des haies

Les méthodes d'entretien dépendent du type de haie :

 

1. L’élagage : cette technique est utilisée sur les arbres de haut jet.

2. Le recépage : il s’applique sur les essences de la strate arbustive, c’est-à-dire le noisetier, le saule, le prunellier, … qui se développent en plusieurs brins à partir du sol, ce que l’on nomme "cépée". Elle est exploitée en coupe rase tous les 10 à 15 ans.

3. L'émondage : les ''têtards'' ou "trognes" ou taillis perchés sur un tronc court (châtaignier, chêne, saule...) avec des branches coupées tous les 5 ans environ.

 panneau6

- Panneau N°7 : Le Bocage

"Les paysages de bocage sont souvent associés à des activités agricoles de type polyculture-élevage. À l’échelle nationale, les grandes régions bocagères se situent principalement dans l’ouest (Basse-Normandie, Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes) et le centre du Pays (Limousin, Bourgogne). Mais en fait , presque toutes les régions françaises sont concernées par la présence de bocages plus ou moins relictuels." (Source ONCFS)

panneau7

carte bocages de france

Répartition du bocage en France métropolitaine - Sources ONCFS

- Panneau N°8 : Histoire du bocage

Le bocage s'est mis en place à la suite des défrichements du Moyen-Âge opérés en particulier par les moines pour la création de cultures.

Ainsi le bocage occupait une grande part de la façade atlantique. Au début du XXe siècle avec l'industrialisation, le regroupement des parcelles agricoles et la régression de l'élevage, le bocage a fortement régressé dans toute l'Europe.

On trouve encore des paysages bocagers en Autriche, Belgique, Italie, dans le Nord-Ouest du Royaume-Uni, en Espagne et au Portugal.

panneau8bis

Ces arbres témoignent d'un passé bocager dans cette parcelle agricole

- Panneau N°9 : La mare

Au bord de l'étang restez vigilants et surveillez vos enfants.

panneau9

 

panneau9bis

L'étang au fil des saisons

L'étang du château de la fredonnière nous offre une belle illustration de l'atterrissement naturel d'une mare.

En effet, un étang ou une mare, lorsqu'il n'est pas entretenu, va se combler naturellement. Les dépôts organiques (feuilles mortes, branches, etc.) vont se dégrader, et former au fond de l'eau ce qu'on appelle la vase.

La hauteur d'eau diminue peu à peu et la végétation s'installe. cette végétation va se dégrader à son tour accentuant le comblement de l'étang. Les arbustes puis les arbres prendront place en cet endroit.

 schema atterrissement mare

- Panneau N°10 : Le château de la fredonnière

Le site internet de la commune du Temple vous propose davantage de détails sur l'histoire de ce château.

En 1560 les "Conjurés d'Amboise", gentilshommes protestants, se seraient retrouvés dans le manoir dans le but de programmer l'enlévement de François II pour le soustraire à la famille de Guise. Cet évenement annonce la future guerre de religions que connaîtra le royaume de France.

Le Temple la Fredonnire 3

LETEMPLE61DT5 le chateau

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir