Perche Nature - Perche et Vallée du Loir -
Association d’étude & de protection de la Nature dans le Perche & la Vallée du Loir

Actualités

40 ans de Perche Nature

 ZH TB 4

En 2020, Perche Nature fête ses 40 ans !

40 années d'actions en faveur de l'environnement et de la biodiversité sur le perche et la vallée du Loir.

Perche Nature est une association de protection de la nature et de l’environnement, précurseur dès le début des années 1980 dans le Nord Loir-et-Cher.

Elle fut créée suite au constat de la perte de biodiversité (destruction de l’écosystème bocager avec ses haies, ses mares, ses arbres têtards, ses chemins creux ; création de la ligne TGV…).

Depuis la fin du 19 ème siècle, les connaissances naturalistes étaient quasi inexistantes. La première mission de Perche Nature fut donc de réaliser un état des lieux de la biodiversité.

Peu à peu Perche Nature a diversifié ses actions : animations scolaires et grand-public, expertise environnementale auprès des élus et des particuliers, participation au débat public, accompagnement dans le développement durable…

Pour ces missions Perche Nature est animée par une trentaine de bénévoles actifs qui peut s’appuyer sur une équipe de 4 salariés.

Basée à Mondoubleau, avec une antenne à Naveil, et rayonnant sur 100 communes du Nord Loir-et-Cher.

Perche Nature est autour de vous : chaque année ce sont 3 000 élèves sensibilisés et 1 000 personnes participant à nos animations gratuites, une représentation des citoyens dans plus de 25 commissions départementales ou régionales concernant l’environnement, plus de 400 jours cumulés d’inventaires naturalistes (pour un total de 190 000 données naturalistes), des réponses à une centaine de sollicitations techniques de particuliers et d’associations (aménagement, problèmes de voisinages, gestion de mares…).

Perche Nature par son expertise accompagne les collectivités et les entreprises, et propose animations et conseils pratiques aux citoyens sur les grands enjeux du développement durable : réchauffement climatique, déchets, économie circulaire, gaspillage alimentaire, permaculture, questions liées à l’eau, etc.

Nos convictions et ce qui nous anime : citoyenneté, indépendance politique, partage, compréhension et protection de la biodiversité, force de proposition pour un développement durable favorisant un environnement sain.

Notre devise :

Mieux comprendre pour protéger tous ensemble

 

Nous espérons vous retrouver lors des nombreux évenements de Perche Nature en 2020 (conférences, animations nature, défis, etc.) !

Tee-shirts Perche Nature

Les beaux jours arrivent, c’est donc le moment de ressortir les manches courtes !

Faites-vous plaisir tout en nous soutenant en achetant un tee-shirt Perche Nature.

Vêtement de belle qualité avec un très beau dessin naturaliste de Dominique Mansion 🎨

En vente dès maintenant Tee-shirt Chevêche d’Athéna
Couleur gris chiné.
Disponible du S au XL

*** Seulement 15 € pour le lancement ***

Pour vous ou pour offrir, n’hésitez plus !

Disponibles en pré-commande, d’autres dessins : Lucane cerf-volant, Mante religieuse, Libellule et Busard cendré.

Pour commander :
📧 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
02.54.80.11.05

Le lombricompostage

Le lombricompostage

C’est quoi le lombricompostage ?

Le lombricompostage est un processus de décomposition assez proche du compostage classique mais aidé par un acteur : le lombric.

Installés dans un bac au début puis plusieurs par la suite, les lombrics travaillent pour réduire les déchets en terreau et en thé de compost.

Un lombricomposteur est fait ainsi :

-          Un premier bac permet de démarrer avec une poignée de ver (Eisenia foetida, Eisenia Andrei ou Eisenia Hortensis) que l’on peut trouver sur internet ou récupérer chez des connaissances ayant déjà un lombricomposteur. Ensuite, on y dépose les déchets selon les règles indiquées dans note guide (voir dans les documents téléchargeables du site internet).

-          Lorsque ce bac est plein placer un second bac sur le dessus, les vers vont ainsi remonter par eux-même vers le nouvel emplacement et continuer leur décomposition. Ils pourront passer de l’un à l’autre grâce à de petites ouvertures situées sur le fond des bacs.

Les bacs peuvent être empilés jusqu’à récupération du terreau dans le premier bac, qui redeviendra ainsi disponible pour être déposé sur le dessus du lombricomposteur.

lombricomposteur

Les lombrics

Ce sont des vers rouges qui vivent dans les vingt premiers centimètres de terre, là où la matière en décomposition est la plus présente, contrairement aux vers de terre dont on a l’habitude.
L’avantage des espèces citées précédemment est qu’en plus d’être adaptées aux conditions du lombricompostage, elles se reproduisent très rapidement. En effet, la population peut doubler en seulement 2 ou 3 mois ! La quantité de vers influencera la quantité de déchets que l’on peut déposer dans le bac car ces petits annélides sont capables de dévorer l’équivalent de la moitié de leur poids par jour !

Ils sont actifs jour et nuit, ne possèdent ni yeux ni dents mais quatre cœurs et une bonne résistance. Néanmoins quelques règles sont à suivre pour permettre leur maintien.

Comment réussir son lombricompost ?

Au démarrage du compost, il ne faut pas mettre trop de déchets. Il faudra environ 4 à 6 semaines pour que les vers s’adaptent à leur milieu, les premiers déchets peuvent être déposés après une semaine.

Il faut toujours veiller à déposer un poids de déchets relatif au poids de vers récupérés. Avant leur arrivée, le bac peut être préparé en ajoutant une litière composée de terreau (attention aux engrais ou traitement pouvant être contenus dans le terreau du commerce) et de carton/papier déchiqueté et mouillé.

L’avantage du lombricomposteur est qu’il ne nécessite pas un grand espace, il est tout à fait possible de le mettre à l’intérieur, sur un balcon ou encore une petite cour. Il est important de surveiller la température, les vers ne survivent pas au-dessus de 30°C ni en dessous de 0°C, entrent en hivernation en dessous de 5°C et ont une activité ralentie en dessous de 15°C. Selon les saisons vous pourrez alors être amené à déplacer les bacs.

La règle primordiale pour la réussite du lombricompostage est d’ajouter des déchets de petite taille, il suffit de les broyer ou simplement de les découper en petits morceaux de quelques centimètres maximum. Cela permet une décomposition bien plus rapide et donc une diminution des risques de pourriture.

Pour conserver un environnement équilibré aux vers, tout comme le compost, il faut alterner les déchets secs et humides et mélanger les déchets carbonés aux déchets organiques.
Les lombrics sont très friands du marc de café ou des coquilles d’œufs !

Le dispositif de lombricompostage peut être acheté dans le commerce ou bien fabriqué maison à l’aide de bacs de gerbage ou de bois.

Le thé est un fertilisant très efficace pour le jardin ou encore les plantes d’intérieur !

Même si ce type de compostage parait plus pointu, il est très utile lorsque l’on a un petit espace et très ludique pour la famille puisqu’il repose sur l’élevage de petits êtres vivants !

guide compost 2

 Vous trouverez toutes les consignes du nourrissage des lombrics à la fin de notre guide du compostage, dans la rubrique documents téléchargeables sur notre site internet.

Le compostage

Le compostage

compostage 

 

C’est quoi le compostage ?

C’est un procédé biologique qui permet la dégradation des matières organiques grâce à l’action des micro-organismes. La décomposition se fait sous certaines conditions, notamment de température, d’humidité, d’oxygénation et d’équilibre des déchets.

Pourquoi composter ?

trash 313711 640

Chaque année un français produit plusieurs centaines de kilos de déchets. Le compostage permettrait de réduire ce chiffre de 25% !

Un déchet jeté n’est pas un déchet valorisé contrairement à un déchet composté. Le compostage permet de donner une seconde utilité à ce que l’on a acheté. Avec 3 kg de déchet, on peut produire 1 kg de compost qui servira à amender le jardin. En effet, c’est un fertilisant naturel et gratuit qui favorise la croissance des plantes et la résistance de celles-ci aux maladies.

Composter est donc un acte économique mais aussi un acte écologique, il réduit le stockage et le transport de déchet.

Comment bien composter ?

Se lancer dans le compost

Pour faire son propre compost, plusieurs solutions s’offrent à nous :

-          Le composteur collectif : à partager entre voisins de pallier, d’immeuble ou encore de quartier. C’est un bon moyen de créer un groupe, de rencontrer ceux qui nous entourent et donc de créer du lien social dans le quartier autour du bac à compost mais aussi, pourquoi pas, à l’occasion d’activités sur le compost, le jardinage ou tout autre thème.

-          Le composteur personnel acheté dans le commerce, le choix est assez vaste dans les magasins de jardinage ou encore en grande surface. Il peut être en plastique ou en bois mais il doit dans tous les cas être aéré, donc comporter des petits trous pour laisser passer l’air.

-          Le composteur personnel fabriqué maison. Plus économique et parfois plus esthétique, le bac DIY (do it yourself) n’est pas compliqué à construire, de nombreux plans sont disponibles sur le web.

-          Le compost à terre, pour celui-ci il n’y a pas besoin de bac, il suffit simplement de déposer ses déchets en tas au sol. Il faut cependant avoir de la place car il peut y avoir des désagréments visuels et gare aux aléas climatiques qui risquent de compliquer l’équilibre du compost.

 conseil compost

 Equilibrer le compost

Un compost qui fonctionne bien est ni trop sec, ni trop humide. Il faut vérifier régulièrement le taux d’humidité en pressant une poignée de compost. S’il est trop élevé, la pourriture et les mauvaises odeurs risquent de faire leur entrée ! En revanche, une sècheresse entrainerait la mort des micro-organismes et donc la fin du processus de décomposition. L’astuce est d’alterner les déchets secs et les déchets humides, voici quelques exemples :

-          Déchets humides : gazon, fruits et légumes, épluchures, …

-          Déchets secs : papier, carton, feuilles mortes, …

Le processus de décomposition repose aussi sur l’équilibre azote/carbone, il faut donc bien alterner ces types de déchets :

-          Déchets azotés : gazon, pâtes, riz, fruits, légumes, …

-          Déchets carbonés : feuilles mortes, paille, papier, journal, coquilles d’œufs, …

Pour que l’ensemble du compost soit équilibré, il est aussi important de le brasser régulièrement, cela permet d’apporter de l’oxygène et donc de favorisé le processus.

Les habitants du compost

cloporte

Si à partir de nos déchets nous réussissons à obtenir de l’engrais naturel, c’est en grande partie grâce aux petites bêtes qui y élisent domicile, un véritable écosystème !

En plus des bactéries et des champignons, il est possible d’observer des nématodes, des acariens, des collemboles, des cloportes, des coléoptères, des gendarmes ou encore des milles-pattes !

Pour les curieux, il suffit de prélever un peu de compost dans une boite puis de l’étaler et de regarder à la loupe, vous y verrez la vie qui s’y développe !

Pour savoir ce que l’on peut composter ou non, jetez un coup d’œil à notre Guide du Compostage, disponible dans les documents téléchargeables de notre site internet.

 guide compost

Prenons soin de l'eau

Donnez votre avis sur l’avenir de l’eau

Du 2 novembre 2018 au 2 mai 2019, les habitants et les acteurs de l’eau du bassin Loire- Bretagne sont consultés sur les questions importantes pour l’eau. N’hésitez-pas à répondre en ligne sur www.prenons-soin-de-leau.fr. Vos avis comptent !

Qualité de l’eau, enjeux écologiques, adaptation au changement climatique, santé publique, sécheresses, risque d’inondation…

Le comité de bassin et l’État ont identifié les questions importantes pour l’eau en Loire-Bretagne. Il s’agit des grands enjeux pour l’eau et des pistes d’actions pour progresser vers l’objectif de bon état des eaux de nos régions et limiter les conséquences des inondations.

Ils souhaitent associer très tôt les citoyens et les acteurs avant de finaliser leurs décisions. Ils recueillent votre avis : Partagez-vous ces questions ? Trouvez-vous ces pistes d’actions adaptées aux enjeux de l’eau ? En voyez-vous d’autres ?

Vous pouvez répondre au questionnaire en ligne sur www.prenons-soin-de-leau.fr ou adresser une contribution écrite individuelle ou collective à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


fbanniere CP18 19 PSE175

Vos avis comptent

Vos avis permettront au comité de bassin et à l’État de finaliser les questions importantes du bassin Loire-Bretagne. A partir de ces questions, ils organiseront les réflexions et les concertations pour mettre à jour les stratégies du bassin Loire-Bretagne pour l’eau. Elles seront formalisées dans le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, le Sdage et dans le plan de gestion des risques d’inondations 2022-2027 sur lesquels vous serez de nouveau consultés avant leur adoption.

 

Perche Nature organise également la tenue d'un jury citoyen pour donner un avis collectif, argumenté et débatu, entre janvier et mai 2019.

(Pour plus d'informations contactez Déborah au 02.54.80.11.05 & Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )

* Le comité de bassin, « parlement local de l’eau » réunit les représentants de toutes les catégories d’acteurs : collectivités, industriels, agriculteurs, associations et services de l’État. Des sources de la Loire à la pointe du Finistère, le bassin Loire-Bretagne concerne 36 départements et plus de 13 millions d’habitants.