Perche Nature - Perche et Vallée du Loir -
Association d’étude & de protection de la Nature dans le Perche & la Vallée du Loir

Circuit du Bois de la Bulière à Bouffry

Sur la commune de Bouffry, tout au long d’un circuit de près de 7 km, vous pourrez admirer une diversité de paysages. Vous traverserez bois et zones bocagères, longerez haies et plaines tout en rencontrant de nombreuses espèces animales et végétales. Ce sentier typique du Perche avec constructions en bauge et chemin creux vous fera passer quelques heures de découvertes en pleine nature !

Tout au long du parcours vous rencontrerez des panneaux mettant l’accent sur des éléments particuliers de cette biodiversité. Voici, ci-après quelques compléments d'information.

N°1 Départ    N°2 Reconnaissance des arbres   N°3 Ortie    N°4 Bocage et haie   N°5 Chemin creux     N°6 Robinier     N°7 Gestion forestière     N°8 Sol et géologie    N°9 Architecture : bauge   N°10 Faune des forêts

Téléchargez le plan du parcours ici.

Pas de difficulté particulière sur ce circuit, comptez 2h30 pour la boucle. En hiver et au printemps les chemins peuvent être boueux.

Panneau N°1 : Départ 

Bouffry est une commune du Loir-et-Cher situé dans le Perche Vendômois. C’est un petit village de quelques centaines d’habitants abritant de jolis points de vue.
Son lavoir, non loin du parking, derrière la mairie, se trouve à côté d’une fontaine. L’histoire raconte que celle-ci aurait des propriétés guérisseuses pour les maladies de peau et qu’elle serait dédiée à Saint Evroult. Une statue de ce dernier est placée dans l’église du village.

lavoir

Le lavoir est occupé par de petits habitants !

grenouille verte

Grenouille vert Pelophylax kl. esculentus

Et il est bien entouré !

violette

Violette sauvage en fleur

Panneau N°2 : Reconnaissance des arbres

Le Tremble : Utilisé pour la fabrication des allumettes, donne une pâte à papier de bonne qualité.

Le charme : Excellent bois de chauffage. Utilisé pour les étals de boucherie. Fabrication de jouets, d’outils, queues de billard, quilles et boules…

Le chêne : Utilisation en ébénisterie, menuiserie, fabrication de parquet, escaliers… Utilisé autrefois dans la construction navale, la fabrication des ponts, roues pièces de machines et wagons. Très riche en tanin, son écorce est utilisée en pharmacie.

Panneau N°3 : Ortie

Voici une recette de soupe aux orties.

Pour 4 personnes, il vous faut :

  1. 500 g de feuilles d'ortie.
  2. 1 oignon.
  3. 1 pomme de terre.
  4. 1 gousse d'ail.
  5. 50 c de bouillon de volaille.
  6. 2 cuillères à soupe d'huile d'olive.
  7. Sel, poivre.

Épluchez puis émincez l’oignon et l’ail. Faites revenir l’oignon dans la casserole 2 à 3 min puis ajoutez l’ail. Mettez les feuilles d’orties bien nettoyées et cuisez les jusqu’à ce qu’elles aient bien fondues (environ 5 min en mélangeant sans arrêt). Placez à réserver.

Coupez la pomme de terre en dés et cuisez la dans l'eau salée. Ajoutez aux feuilles d'orties.

Préparez à part de le bouillon de volaille et mélangez le à la préparation d'orties.

Mixez, salez, poivrez, c'est prêt !

Panneau N°4 : Bocage et haies

Avec la mécanisation de l'agriculture puis, ensuite, les remembrements agricoles, de nombreuses petites parcelles ont été rassemblées et les haies qui les bordaient coupées.

Voici quelques images aériennes de cette partie de Bouffry.

Evolution du bocage et des dimensions des parcelles agricoles entre 1950 et 2017 :

Bouffry 1950

Bouffry fusion2

Bouffry fusion3

Bouffry 2017

Panneau N°5 : Chemin creux

Beaucoup ont été détruits ou ont cessé d'être entretenus à partir de 1970 pour plusieurs raisons :

  • Ils ne permettaient pas le passage des gros engins agricoles
  • Leur surface pouvait être récupérée pour agrandir les parcelles agricoles
  • Les talus arborés ont été considérés comme obstacles aux développements des grandes cultures
  • L’herbage et la polyculture-élevage perdaient de leur valeur marchande apparente (défavorisées par les subventions nationales et de la politique agricole commune de l'époque qui avaient encouragé l'élevage hors sol et la culture de maïs, soja, colza sur les anciennes prairies).

Le remembrement des années 1970-1990 a été leur première cause de disparition. Le recul du nombre de chemins creux s'est souvent accompagné d'une forte augmentation de l'érosion des sols, des inondations (et sècheresses induites par la non rétention de cette eau), ainsi que d'une augmentation de la pollution des nappes et eaux superficielles par les engrais minéraux et organiques, les pesticides.

Au bord de ces chemins soyez attentif et observez les traces d'animaux !

empreinte sanglier

Empreinte de sanglier

Panneau N°6 : Robinier Faux-accacia

Outre l'accacia, il existe également en région Centre-Val de Loire notamment, une plante aquatique qui s'est faite remarquer par son caractère invasive : La Jussie rampante.

D’origine sud-américaine ou d'Australie elle fût introduite en France entre 1820 et 1830 à Montpellier.

À la manière des tapis de lentilles d'eau, la jussie concurrence la flore aquatique immergée en empêchant la pénétration de la lumière vers le fond et en occupant toute la niche écologique offerte par les nombreux habitats qui lui conviennent.

« En France, un arrêté ministériel du 2 mai 20079, JO n° 114 du 17 mai 2007, interdit la commercialisation et le transport de cette espèce sur le territoire français, dans le but de limiter sa propagation »

Les espèces invasives sont souvent considérées comme la seconde cause de régression de la biodiversité. Certaines espèces, hors de leur habitat naturel contribuent à ce phénomène.

Jussie

Jussie

Panneau N°7 : Gestion Forestière

Quelques chiffres clés 
Depuis 1980, la forêt France croit de 0.7% par an.
75% de la forêt française est privée.
64% des arbres sont des feuillus.

La croissance des arbres
Un arbre pousse en hauteur mais aussi en largeur, toute sa vie.
Depuis son bourgeon terminal, à l’extrémité supérieure de la tige, la pousse d’arbre se développe en hauteur, l’axe principal formera le tronc et les bourgeons situés sous les feuilles formeront les futures branches.

La pousse en largeur se fait sur l’ensemble de l’arbre, en effet chaque année un cerne se développe. Pour connaître l’âge d’un arbre après sa coupe, il faut donc compter les cernes du bois. Selon les conditions du milieu et la place dont dispose l’arbre pour se développer, la largeur de cerne sera plus ou moins importante. C’est ce qui différencie la taille des troncs dans les futaies et dans les taillis.

Panneau N°8 : Sol et géologie

Le point culminant du Loir-et-Cher se situe non loin, sur la commune de Bouffry, en direction de Fontaine-Raoul, au bord de la route départementale 19. Ce point stratégique fût utilisé par le géographe Cassini pour la réalisation de ses premières cartes de France.

Borne geodesique

Borne géodesique indiquant le point culminant du Loir-et-Cher

chene cassini

Chêne de Cassini

Panneau N°9 : Architecture, la bauge

[ La terre, matière première, était employée en fonction de ses qualités et de son abondance à proximité du lieu de construction. La plupart du temps la terre était prélevée sur le lieu même de la future construction. Ces carrière laissent dans le paysage actuel de nombreuses mares ou d'assez brutales dépressions [...] Après avoir décapé la couche de terre végétale, on laissait la terre extraite à "pourrir" en tas à l'extérieur. En effet les cations successives du gel et du dégel, du soleil et de la pluie permettaient un "broyage" naturel du produit. Au moment de la mise en oeuvre la terre était mélangée à des végétaux. ]

Schema maison bauge TB

Sources : Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin, cahier pédagogique sur le bâti en bauge au fil du temps.

Panneau N°10 : Faune des forêts

Une biche n’est pas un chevreuil !
La biche est la femelle du cerf, celui-ci pèse jusqu’à 250 kg lorsque le chevreuil n’en pèse que 26. La hauteur au garrot est aussi très différente : le cerf mesure au garrot, 150 cm et le chevreuil 72 cm.
Lorsque vous les voyez de dos, regardez bien l’arrière. La queue des biches forme une pointe noire sur sa croupe claire appelée « cimier », chez le chevreuil, la croupe appelée miroir est entièrement blanche.

Petites infos !
Les chevreuils ne dorment qu’1h30 à 4h par jour, sauf l’hiver.

Le chevreuil est un ruminant et possèdent plusieurs compartiments stomacaux.

Lors de l’accouplement en été, les ovules de la femelle sont fécondés, les embryons débutent alors leur développement puis s’arrêtent ! La fécondation se terminera qu’à l’hiver. Ce processus permet d’éviter la mauvaise saison, au printemps les faons peuvent se cacher dans la végétation et la nourriture est de nouveau abondante !

Un autre drôle d’habitant des forêts
Les cynips du chêne ou Cynips quercusfolii ou guêpe à galles du chêne
Avez-vous déjà vu ces boules marons parfois rouges, lisses ou velues sur les feuilles du Chêne ?
Les responsables sont de petits hyménoptères (comme les fourmis, mouches, guêpes…) ne mesurant que quelques millimètres, qui pondent leurs œufs sur les feuilles.
Lors de la ponte, elles délivrent des substances qui perturbent les tissus végétaux, l’arbre se met alors à produire des cellules qui formeront la galle. Cette masse servira de protection contre les intempéries et les prédateurs mais aussi de garde-manger pour les larves.
Il existe d’autres arbres avec des galles comme le châtaignier ou encore le rosier, ce sont d’autres espèces d’hyménoptères qui sont à l’œuvre !

 

Vous observerez sans doute également l'écureuil roux. Il existe de nombreuses variations pour les couleurs de son pelage néanmoins il ne faut pas le confondre avec l'écureuil gris, son cousin d'Amérique, qui est invasif en Angleterre et menace l'espèce endémique.

 ecureuil

Ecureuil roux