porno filme porno filme porno xnxx porno xnxx film x filme xxx filme porno filme porno porno gay
Perche Nature - Perche et Vallée du Loir -
Association d’étude & de protection de la Nature dans le Perche & la Vallée du Loir

Actualités

Le compostage

Le compostage

compostage 

 

C’est quoi le compostage ?

C’est un procédé biologique qui permet la dégradation des matières organiques grâce à l’action des micro-organismes. La décomposition se fait sous certaines conditions, notamment de température, d’humidité, d’oxygénation et d’équilibre des déchets.

Pourquoi composter ?

trash 313711 640

Chaque année un français produit plusieurs centaines de kilos de déchets. Le compostage permettrait de réduire ce chiffre de 25% !

Un déchet jeté n’est pas un déchet valorisé contrairement à un déchet composté. Le compostage permet de donner une seconde utilité à ce que l’on a acheté. Avec 3 kg de déchet, on peut produire 1 kg de compost qui servira à amender le jardin. En effet, c’est un fertilisant naturel et gratuit qui favorise la croissance des plantes et la résistance de celles-ci aux maladies.

Composter est donc un acte économique mais aussi un acte écologique, il réduit le stockage et le transport de déchet.

Comment bien composter ?

Se lancer dans le compost

Pour faire son propre compost, plusieurs solutions s’offrent à nous :

-          Le composteur collectif : à partager entre voisins de pallier, d’immeuble ou encore de quartier. C’est un bon moyen de créer un groupe, de rencontrer ceux qui nous entourent et donc de créer du lien social dans le quartier autour du bac à compost mais aussi, pourquoi pas, à l’occasion d’activités sur le compost, le jardinage ou tout autre thème.

-          Le composteur personnel acheté dans le commerce, le choix est assez vaste dans les magasins de jardinage ou encore en grande surface. Il peut être en plastique ou en bois mais il doit dans tous les cas être aéré, donc comporter des petits trous pour laisser passer l’air.

-          Le composteur personnel fabriqué maison. Plus économique et parfois plus esthétique, le bac DIY (do it yourself) n’est pas compliqué à construire, de nombreux plans sont disponibles sur le web.

-          Le compost à terre, pour celui-ci il n’y a pas besoin de bac, il suffit simplement de déposer ses déchets en tas au sol. Il faut cependant avoir de la place car il peut y avoir des désagréments visuels et gare aux aléas climatiques qui risquent de compliquer l’équilibre du compost.

 conseil compost

 Equilibrer le compost

Un compost qui fonctionne bien est ni trop sec, ni trop humide. Il faut vérifier régulièrement le taux d’humidité en pressant une poignée de compost. S’il est trop élevé, la pourriture et les mauvaises odeurs risquent de faire leur entrée ! En revanche, une sècheresse entrainerait la mort des micro-organismes et donc la fin du processus de décomposition. L’astuce est d’alterner les déchets secs et les déchets humides, voici quelques exemples :

-          Déchets humides : gazon, fruits et légumes, épluchures, …

-          Déchets secs : papier, carton, feuilles mortes, …

Le processus de décomposition repose aussi sur l’équilibre azote/carbone, il faut donc bien alterner ces types de déchets :

-          Déchets azotés : gazon, pâtes, riz, fruits, légumes, …

-          Déchets carbonés : feuilles mortes, paille, papier, journal, coquilles d’œufs, …

Pour que l’ensemble du compost soit équilibré, il est aussi important de le brasser régulièrement, cela permet d’apporter de l’oxygène et donc de favorisé le processus.

Les habitants du compost

cloporte

Si à partir de nos déchets nous réussissons à obtenir de l’engrais naturel, c’est en grande partie grâce aux petites bêtes qui y élisent domicile, un véritable écosystème !

En plus des bactéries et des champignons, il est possible d’observer des nématodes, des acariens, des collemboles, des cloportes, des coléoptères, des gendarmes ou encore des milles-pattes !

Pour les curieux, il suffit de prélever un peu de compost dans une boite puis de l’étaler et de regarder à la loupe, vous y verrez la vie qui s’y développe !

Pour savoir ce que l’on peut composter ou non, jetez un coup d’œil à notre Guide du Compostage, disponible dans les documents téléchargeables de notre site internet.

 guide compost

Prenons soin de l'eau

Donnez votre avis sur l’avenir de l’eau

Du 2 novembre 2018 au 2 mai 2019, les habitants et les acteurs de l’eau du bassin Loire- Bretagne sont consultés sur les questions importantes pour l’eau. N’hésitez-pas à répondre en ligne sur www.prenons-soin-de-leau.fr. Vos avis comptent !

Qualité de l’eau, enjeux écologiques, adaptation au changement climatique, santé publique, sécheresses, risque d’inondation…

Le comité de bassin et l’État ont identifié les questions importantes pour l’eau en Loire-Bretagne. Il s’agit des grands enjeux pour l’eau et des pistes d’actions pour progresser vers l’objectif de bon état des eaux de nos régions et limiter les conséquences des inondations.

Ils souhaitent associer très tôt les citoyens et les acteurs avant de finaliser leurs décisions. Ils recueillent votre avis : Partagez-vous ces questions ? Trouvez-vous ces pistes d’actions adaptées aux enjeux de l’eau ? En voyez-vous d’autres ?

Vous pouvez répondre au questionnaire en ligne sur www.prenons-soin-de-leau.fr ou adresser une contribution écrite individuelle ou collective à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


fbanniere CP18 19 PSE175

Vos avis comptent

Vos avis permettront au comité de bassin et à l’État de finaliser les questions importantes du bassin Loire-Bretagne. A partir de ces questions, ils organiseront les réflexions et les concertations pour mettre à jour les stratégies du bassin Loire-Bretagne pour l’eau. Elles seront formalisées dans le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, le Sdage et dans le plan de gestion des risques d’inondations 2022-2027 sur lesquels vous serez de nouveau consultés avant leur adoption.

 

Perche Nature organise également la tenue d'un jury citoyen pour donner un avis collectif, argumenté et débatu, entre janvier et mai 2019.

(Pour plus d'informations contactez Déborah au 02.54.80.11.05 & Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )

* Le comité de bassin, « parlement local de l’eau » réunit les représentants de toutes les catégories d’acteurs : collectivités, industriels, agriculteurs, associations et services de l’État. Des sources de la Loire à la pointe du Finistère, le bassin Loire-Bretagne concerne 36 départements et plus de 13 millions d’habitants.

Défi Biodiversité 410

L'association Perche Nature, en partenariat avec l'association Objectif 41, la Société d'Histoire Naturelle de Loir-et-Cher, l'Association Sportive et Culturelle de Mazangé, et avec le soutien de la commune de Mazangé, organise pour la première fois sur le Loir-et-Cher le grand « Défi biodiversité 410 ».

L’objectif est de répertorier en 24 heures, les 9 et 10 juins 2018, au moins 410 espèces vivantes par le biais d’animations naturalistes pour faire connaître au plus grand nombre la biodiversité locale mais aussi les actions de nos associations, tout en s'amusant.

 mesangebleueTB Ophris apifera TB Maculinea arion2 VC

Notre défi :

Le défi biodiversité 410 se fait sur un weekend et se déroulera un peu à la manière d’une chasse aux œufs de Pâques ! Le but étant de trouver, comme son nom l'indique, 410 espèces de faune, flore, et champignons.

Pourquoi ce «défi» ?

Tout simplement pour faire prendre conscience des espèces vivantes qui nous entourent et de leur importance dans notre écosystème.

La biodiversité joue un rôle primordial pour l'Homme. Elle est essentielle à la production alimentaire, à la production de médicaments, à l'industrie, à la recherche scientifique et au tourisme.

Elle fournit également de nombreux services :

Le cycle des éléments nutritifs et le cycle de l'eau, la formation et la rétention du sol, la résistance aux espèces envahissantes, la pollinisation des plantes, la régulation du climat, mais aussi le contrôle des organismes nuisibles, la pollution.

Or il ne s’agit pas uniquement de la biodiversité rare ou exceptionnelle mais surtout de la biodiversité dite ordinaire, celle qui s’épanouit au fond de notre jardin, qui vit dans nos bois et prairies, qui sort la nuit dans nos centres bourg…

 

cetoineFL arbresJPM GrandRhinoT.Bourget

Le programme :

Six animations en 24 heures (programme ci-dessous) seront organisées sur les 2 jours par petits groupes avec des encadrants bénévoles pour aider à déterminer certaines espèces.

Elles se dérouleront principalement à l'extérieur mais le point de rassemblement sera à la salle des fêtes de Mazangé où se tiendra des animations sur les petites bêtes du compost, l’identification de pelotes de rejections de rapaces nocturnes, des stands associatifs, la projection de photographies naturalistes, le décompte en temps réel des espèces rencontrées, ainsi qu’une buvette.

La commune de Mazangé offre une belle diversité de milieux et donc d’animations possibles, de plus en 2018 celle-ci réalise un Inventaire de Biodiversité Communale (IBC) mené par Perche Nature.

 

Les animations extérieures :

Samedi 9 juin 2018

  • « Fleurs et fougères au gué Vauracon » : 14h-16h

Plantes et Insectes à partir de la ravine de Vauracon jusqu’au gué du Boulon.

  • « Les oiseaux de Mazangé »: 16h-18h

Petites bêtes de l’eau, ornithologie, à proximité du bois Vauracuneau.

  • A 18h, inauguration de l’événement dans la salle des fêtes.

 

  • «Chauves-souris et papillons de nuit» : 21h-24h

Chiroptères et papillons de nuit au gué Vauracon.

triton ponctue Animation Chloe CoulmelleTB

Dimanche 10 juin 2018

  • « Les chants d’oiseaux à l’aube » : 6h30-8h30

Ornithologie

  • « Les orchidées des Pelouses calcaires » : 8h30-10h30

Pelouse calcaire (Insectes et botanique) à Bois Loiseau (Thoré-La-Rochette)

  • « Faune et flore urbaine » : 11h-13h

Sortie de clôture dans le centre bourg

Un livret mettant en valeur la biodiversité locale sera distribué aux participants.

« La biodiversité représente en tant que telle une ressource naturelle essentielle au devenir de notre espèce »

François Ramade, professeur émérite d'écologie

 

Réhabilitation de coeurs de biodiversité

En 2018 notre association, Perche Nature, s’engage pour la réhabilitation des coeurs de biodiversité sur le bassin Loir médian et plus particulièrement sur les bassins Grenne et Couëtron.

Définition de Réservoir Biologique

Un réservoir biologique tel que défini par l’article R371-19 du code de l’environnement :
I. – Les continuités écologiques constituant la trame verte et bleue comprennent des réservoirs de biodiversité et des corridors écologiques.
II. – Les réservoirs de biodiversité sont des espaces dans lesquels la biodiversité est la plus riche ou la mieux représentée, où les espèces peuvent effectuer tout ou partie de leur cycle de vie et où les habitats naturels peuvent assurer leur fonctionnement en ayant notamment une taille suffisante, qui abritent des noyaux de populations d'espèces à partir desquels les individus se dispersent ou qui sont susceptibles de permettre l'accueil de nouvelles populations d'espèces.
Un réservoir de biodiversité peut être isolé des autres continuités de la trame verte et bleue lorsque les exigences particulières de la conservation de la biodiversité ou la nécessité d'éviter la propagation de maladies végétales ou animales le justifient.

Ce projet, soutenu par l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, a été identifié eu égard aux :

1. Enjeux environnementaux :

Bassin prioritaire pour le bocage, bassin versant des réservoirs biologiques dans le Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux du Loir (SAGE Loir).

 carte rservoirs biologiques SAGE Loir2

Identifiés également dans la Trame Verte et Bleue du Pays Vendômois avec un enjeu « restauration du corridor mare », dans le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE), avec pour axes prioritaires de travail le maintien voire la restauration des fonds humides au sein du Perche Gouët; l’inventaire des mares, notamment au sein du bocage, et le maintien voire la restauration des prairies au sein des éléments locaux de bocage.

Par ailleurs le territoire concerné possède des enjeux forts pour certaines espèces, ou groupes d’espèces, comme les amphibiens, la truite fario et également des espèces de libellules. De même au niveau de la flore, des espèces protégées telles que l’Osmonde royale ou leTrèfle d'eau sont présentes sur ces têtes de bassins et menacées.

2. Contexte politique de l’eau :

Le SAGE Loir, le Contrat territorial Grenne et Couëtron à venir, et en aval le Contrat Territorial Loir médian milieux aquatiques, mais aussi l’élaboration du PLUI de la communauté de communes des Collines du Perche.

3. Enjeux au regard de l’état des masses d’eau et différents usages de l’eau :

Bassin prioritaire pour les nitrates et les phosphores dans le SAGE Loir, et enjeux agricoles importants sur ces têtes de bassins.

Dans ce contexte nous associons nos partenaires locaux à cette démarche par l’intermédiaire d’un comité de pilotage pour définir ensemble les zones à diagnostiquer et les zones suceptibles de bénéficier de chantiers de restauration.

ZH TB 6

Objectifs du projet :

- Diagnostiquer l’état écologique des coeurs de biodiversité

- Réhabiliter les milieux prioritaires et leurs fonctionnalités

- Mettre en valeur la biodiversité pour mieux la préserver

ZH TB 4

En pratique Perche nature réalisera :

• Un diagnostic écologique des réservoirs de biodiversité (dont inventaires naturalistes)

• Un outil de suivi de la bonne santé des écosystèmes ciblés

• Des chantiers de restauration de milieux (chantiers participatifs ou en partenariat avec des étudiants) : réseaux de micro-zones humides, haies/bocage, ripisylve, entretien et ouverture des prairies humides

• Une valorisation des sites auprès du public en lien avec les circuits d’itinérance douce

• Des animations auprès des scolaires et étudiants

Calendrier prévisionnel :

- A partir d’octobre 2017 : organisation, contact avec les partenaires

- 2018 : inventaires et diagnostic (février à septembre),

- 2018 automne : chantier de restauration

- 2019 printemps, été : valorisation et sensibilisation

Arrêté Zones Non Traitées

Un arrêté ministériel du 12 septembre 2006 fixait les diverses prescriptions à respecter dans l’utilisation de pesticides, sur l’ensemble du territoire. On y trouvait notamment l’obligation générale de respecter une zone non traitée (ZNT) de 5 mètres le long de tous les points d’eau définis par référence aux cartes au 1/25 000 de l’IGN (recouvrant les cours d’eau, plans d’eau, fossés et points d’eau permanents ou intermittents figurant en points, traits continus ou discontinus sur ces cartes).Par un arrêt du 6 juillet 2016 rendu à l’initiative d’une fédération nationale d’arboriculteurs, le Conseil d’Etat a jugé illégales les dispositions de l’arrêté du 12 septembre 2006 du fait de l’absence de leur notification à la Commission européenne. Du fait de cette illégalité purement procédurale, l’arrêté a été abrogé et remplacé par un arrêté du 4 mai 2017. Celui-ci confie aux préfets de département la responsabilité de désigner dans le détail les points d’eau devant faire l’objet de mesures de protection.

 L’arrêté du Préfet du Loir et Cher paru le 21 juillet dernier indique que les points d’eau retenus sont définis comme étant au moins d’une superficie de 1ha, évinçant ainsi toutes les petites mares ou petits étangs du département, et pour les cours d’eau ne sont retenus que ceux mentionnés dans la cartographie des cours d’eau de la Direction Départementale des Territoires qui n’incluent pas l’ensemble des éléments en bleu sur la carte de l’Institut Géographique National au 1/25.000°.

 De ce fait, et malgré les nombreux avis défavorables de particuliers ou d’associations envoyés lors de cette consultation publique, une partie du réseau hydrographique du département n’est plus concerné par l’arrêté et sera susceptible d’être impactée, légalement, par des pollutions diffuses issues des produits phytopharmaceutiques utilisés en agriculture, puisque la pulvérisation ne sera plus limitée à 5 mètres des points d’eau.

 Ce retour en arrière sur la législation semble inconcevable d’autant plus que selon la loi biodiversité du 8 août 2016, article L-110-1 du code de l’environnement : « Le principe de non-régression, selon lequel la protection de l'environnement, assurée par les dispositions législatives et réglementaires relatives à l'environnement, ne peut faire l'objet que d'une amélioration constante, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment ».

            L’association de protection de la nature et de l’environnement PERCHE NATURE - Perche et Vallée du Loir - s’indigne de cette application réglementaire qui ne prend en compte aucune disposition propre à protéger la santé des personnes exposées aux épandages de pesticides et en particulier les lieux d’habitation, et elle s’inquiète des conséquences de cet arrêté sur la qualité des eaux et sur la préservation de notre environnement.

 produitsPhytosanitaires generation futures.fr

Copyright - Generation-futures.fr